La shoah : un ignoble mensonge !

les chambres à gaz homicides sont un mensonge
C’est ce cri qui vient du plus profond de notre coeur et qui vient ouvrir ce modeste blog ; oui, la shoah est un ignoble mensonge ! Ce mensonge est avant tout ignoble car il accuse tout un peuple – le peuple allemand qui a élu et soutenu jusqu’à la fin de la guerre Adolf Hitler – d’un crime d’une horreur exceptionnelle et unique, jamais connue dans l’histoire de l’humanité auparavant : un génocide prémédité et exécuté de sang froid sur plusieurs années, de 6 millions de personnes. Ensuite, c’est ce mensonge qui a permis la création d’un état religieux en 1945, l’état d’Israël, sur la terre d’un peuple qui n’avait aucune responsabilité dans la seconde guerre mondiale. L’état d’Israël s’est par la suite développé par une politique de colonialisation violente et raciste (comme il y en eu certes hélas beaucoup d’autres dans le passé) à l’encontre des Palestiniens, en maintenant en outre toujours un double jeu particulièrement hypocrite : afficher officiellement le souhait de vouloir la paix, tout en continuant dans les faits à massacrer des êtres humains et à leur confisquer de nouveaux territoires. Le mensonge de la shoah a ensuite permis à l’état d’Israël, et aux diverses associations d’anciens déportés (ou prétendant avoir été déportés) juifs, d’accumuler des sommes d’argent considérables, payées surtout par l’Allemagne, pays malheureux depuis 1945, écrasé par la honte, la repentance, et la soumission qu’on lui impose. Le mensonge de la shoah est en outre aujourd’hui la clé de voûte idéologique de la puissance mondialiste, dont le nouvel ordre mondial renvendiqué prétend diriger la planète. Cette clé de voûte idéologique trompe et culpabilise des milliards de gens à travers la planète, qui se voient interdits d’user de leur libre arbitre pour juger ou contester l’idéologie mondialiste en place, sous peine d’être assimilés à Hitler. Enfin, le mensonge de la shoah pourrait demain entraîner une 3ème guerre mondiale nucléaire : devant l’hystérie guerrière d’Israël contre tous ses voisins, les précédents d’Hiroshima et Nagasaki, ainsi que la capacité insensée du duo Amérique-Israël à tromper les masses (coup monté du 11 septembre, mensonge des armes de destruction massive en Irak, etc.), la probabilité d’une guerre nucléaire doit hélas être prise très au sérieux.

Mais nous reviendrons dans de prochains articles sur toutes les conséquences du mensonge de la shoah, dans lequel tous les êtres humains, qui, par conformisme, soumission ou même volonté d’exploitation dans le but d’acquérir une réputation, de l’argent, ou du pouvoir, ont, de fait, une responsabilité. Certes, il est parfaitement compréhensible d’avoir peur de dénoncer le mensonge de la shoah, nous-mêmes avons trop tardivement pris connaissance des arguments révisionnistes, et fait preuve trop souvent d’autocensure. Mais le constat, dans les faits, de la responsabilité collective est bel et bien là.

Et alors que depuis le mois de mai l’héroïque Vincent Reynouard croupit dans une prison de Valenciennes, il était devenu insupportable pour notre conscience de rester passif une fois de plus devant les actes de bravoure de ceux qui sacrifient leur vie pour combattre cet ignoble mensonge, au service de la Vérité, cause suprême qui sert le bien de tous. Depuis décembre 2008 déjà, le si bien nommé Dieudonné avait mis le feu aux poudres en invitant le professeur Faurisson sur la scène du Zénith. Quel affront monumental à la puissance mondialiste, quelle provocation phénoménale dans la conscience de toutes ces âmes endormies ! Plus récemment, un jeune homme lumineux, FASC, avait encore une fois réveillé cette fibre des honnêtes hommes qui ne supportent pas le mensonge, surtout lorsque celui-ci est aussi ignoble intellectuellement, et a autant de conséquences dramatiques.

Alors cette fois, nous y allons pour de bon ! Plus de message codé, plus de suggestion, plus de peur non plus. Nous sommes des hommes libres, et nous devons vivre debouts ! Alors nous diffusons notre vérité : la shoah, on n’y croit pas ! Nous en avons marre de ce mensonge permanent qui tue les peuples, qui tue ce monde ! Et nous reprenons à notre compte la phrase du professeur Faurisson : « Les prétendues chambres à gaz hitlériennes et le prétendu génocide des juifs forment un seul et même mensonge historique, qui a permis une gigantesque escroquerie politico-financière, dont les principaux bénéficiaires sont l’Etat d’Israël et le sionisme international et dont les principales victimes sont le peuple allemand – mais non pas ses dirigeants — et le peuple palestinien tout entier ».

Certes, ce modeste blog anonyme n’est pas aussi courageux que le sont les actes d’un Faurisson, Reynouard, Dieudonné, ou même d’un FASC. Mais c’est un début, pour les Français lambda que nous sommes, d’autant qu’il ne nous semble pas forcément judicieux pour l’heure de se jeter dans la gueule du monstre shoatique, surtout sans aucune publicité. Mais ce petit début, déjà, libère notre conscience, et nous fait tellement de bien…

Bien sûr, les endormis des masses manipulées et les militants acharnés de l’hypocrisie antiraciste vont nous couvrir d’insultes. Nous aimerions dire à ces personnes tout d’abord que nous sommes des hommes libres. Libres de s’exprimer. Si ceci ne leur convient pas, il ne leur restera plus que les méthodes violentes et totalitaires habituelles qu’ils emploient sans scrupules depuis toujours contre les révisionnistes : agressions physiques, dénonciations, condamnations financières et pénales, meurtres. Si ces méthodes ne les empêchent pas d’être en paix avec leur conscience (ce que nous ne croyons pas), alors qu’ils les emploient. Cela suffit de vivre couché.

Mais qu’ils réalisent que nous sommes des gens foncièrement honnêtes. Lorsque nous disons que nous ne croyons pas à la shoah, nous le croyons au plus profond de nous-mêmes. Car nous aussi sommes des êtres humains, et nous aussi avons le droit à la sincérité, sincérité qu’on nous refuse systématiquement. Imaginez que vous croyiez sincèrement à une idée juste, grande et bénéfique — en tout cas que vous jugez sincèrement comme telle —, et que d’autres vous dénient tout droit à la sincérité, et vous accusent au contraire d’avoir la haine. Que ressentiriez-vous ? Vous le prendriez très mal, vous ne comprendriez pas pourquoi on refuse de vous écouter et de vous comprendre, et cela vous blesserait. Certains réagissent avec révolte et violence, d’autres avec recul, philosophie et sagesse, selon son degré d’évolution spirituel. On peut ainsi dire que certains révisionnistes, comme Robert Faurisson, ont acquis dans ce monde fou, de domination et de violence, une sagesse exceptionnelle, quasi-divine pourrions-nous dire.

Le droit à la sincérité devrait être une évidence dans un monde réellement humain, mais les militants anti-révisionnistes savent hélas très bien se convaincre que nous nions l’évidence de manière volontaire. Ce mensonge – un de plus – leur permet de justifier à leur propre conscience leurs méthodes violentes, totalitaires et impitoyables contre les révisionnistes.

Il faudra bien un jour qu’ils se décident, alors que le révisionnisme prend de plus en plus d’ampleur, à cesser ces méthodes barbares, pour enfin faire preuve de courage : le courage de s’armer de ses arguments, et d’affronter les révisionnistes à la loyale, sur le terrain du débat, sans se mentir à soi-même, ni à autrui. Ce minimum de panache est-il trop demander lorsque les preuves de la shoah sont, d’après eux, si nombreuses et évidentes ?

La différence qu’il y a entre eux et nous, c’est que nous tolérons parfaitement l’avis des exterminationnistes, et que nous n’appelons strictement à aucune violence contre eux. Car nous pourrions dire des exterminationnistes qu’ils ont la haine, car ils mentiraient consciemment, dans le but d’acquérir réputation, argent ou pouvoir, alors que leur mensonge permet depuis des dizaines d’années de massacrer des Palestiniens. Nous pourrions dire que lorsqu’ils mentent sur le prétendu génocide juif, ils ont le sang des Palestiniens sur la langue. Nous ne le ferons pas, car nous croyons a priori que la personne qui exprime ces idées est sincère, sauf s’il y a des preuves objectives de sa mauvaise foi. Ainsi, à l’inverse de beaucoup d’exterminationistes, nous ne prétendons pas sonder le coeur et les reins d’autrui, comme autrefois où les grands gourous religieux décrétaient qui était méchant et qui était bon, permettant ainsi de justifier une condamnation arbitraire. Ce moyen-âge des relations humaines et de la spiritualité doit cesser. C’est très exactement, répétons-le, très exactement, ce comportement, qui empêche tout progrès de l’humanité, et qui entraîne fatalement conflits, puis guerres.

Nous disons aussi sans aucune ambiguïté qu’il n’est pas souhaitable ni admissible de souhaiter une quelconque épuration des exterminationnistes. Nous laissons ça aux anti-fascistes, qui ont fait preuve de leur haine répétée depuis la seconde guerre mondiale, allant jusqu’à retrouver et condamner des vieillards qui auraient eu une responsabilité plus ou moins lointaine dans la « shoah ». Nous disons enfin que c’est un service rendu aux êtres humains de confession juive, de dire la vérité le plus tôt possible. Car nous les alertons : êtres humains de confession juive, qu’allez-vous devenir lorsque la vérité sur la « shoah » sera faite ? Alors qu’il existe déjà aujourd’hui un antisémitisme très répandu dans beaucoup de pays du monde — autant par votre faute que par celle des autres —, ne vous rendez-vous pas compte de la rancoeur et de la haine décuplée qui risque de se porter sur vous, lorque les gens sauront que la shoah est un ignoble mensonge ? Nous vous le disons avec bienveillance : vous devez prendre vos responsabilités au plus vite, étudier sérieusement les arguments révisionnistes, et, une fois votre conviction faite, dénoncer vous-mêmes publiquement le mensonge de la shoah, afin de limiter les conséquences dramatiques inévitables de la haine et du mensonge que vos dirigeants ont semés depuis la seconde guerre mondiale. Nous vous disons cela avec le plus profond respect, et ne vous souhaitons strictement aucun mal. Contrairement à trop d’exterminationnistes, notre monde idéal conçoit parfaitement l’existence de ceux qui ne pensent pas comme nous, vous y compris. Et nous ne souhaitons pas votre mort, mais votre éveil intellectuel et spirituel, convaincus que vous êtes des êtres humains à part entière, avec un potentiel de spiritualité égal au nôtre à tout point de vue. Alors cessez donc de vous prendre pour des victimes, cessez de porter ces procès d’intention incessants et absurdes contre ceux qui ne sont pas d’accord avec vous. Libérez-vous de vos chaînes, qu’elles soient religieuses ou communautaires, et prenez vos responsabilités, pour, vous aussi, vivre en hommes libres, et ne garder que le meilleur de votre identité culturelle et spirituelle.

Et si vraiment vous ou tout autre être humain, croyez à la shoah, alors cessons enfin ces procès d’intention réciproques de haine et de mauvaise foi, élevons le niveau de nos relations humaines : décrétons le débat libre et contradictoire, sur le fond, à propos de la shoah, comme à propos de tout autre sujet. C’est ce que les révisionnistes demandent. C’est ce que les exterminationnistes refusent, et pour cause, ceux qui sont malhonnêtes et ont le pouvoir savent que ce débat serait perdant pour eux.

Car enfin, est-il vraiment possible de faire changer d’avis par la violence une personne qui croit sincèrement à quelque chose ? Tout homme qui possède un minimum d’humanité ne peut le penser…

Nous en venons donc à un défi que nous lançons d’ores et déjà, et que nous détaillerons par la suite. Reprenant un principe qu’avait déjà développé Vincent Reynouard, si quelqu’un nous apporte une seule preuve de la réalité de la shoah, nous fermons ce site ! Pas besoin de recherches complexes, pas besoin de violences, pas besoin de procédures judiciaires encombrantes, pas besoin de meurtre. Une et une seule preuve nous suffira à croire sincèrement à la shoah, et donc à fermer ce blog !

Pour en terminer, voici les thèmes que nous souhaitons aborder par la suite sur ce blog.

– Sur le fond, nous souhaiterions informer des arguments révisionnistes, en proposant des références à des documents permettant de comprendre le plus rapidement et le plus facilement possible les arguments révisionnistes. Si des experts veulent nous proposer de tels documents, ils sont les bienvenus (nous contacter par mail liberte9@email.ru).

Thèmes politiques :

– Considérant l’identité civilisationnelle comme fondatrice des sociétés humaines équilibrées, nous nous définissons comme des nationalistes prônant des identités nationales saines et équilibrées, animées d’une conscience respectueuse, et même affective, de la diversité du monde dans lequel nous nous inscrivons — c’est ainsi que les identités des autres civilisations nous paraissent toutes dignes d’intérêt, et nous les considérons avec un profond respect, et même émerveillement. Chaque être humain possède sa propre identité individuelle, et peut vivre son identité en parfaite harmonie avec autrui. Nous affirmons même qu’il est impossible de respecter et d’aimer les autres, et donc de vivre en harmonie avec eux, sans se respecter et s’aimer soi-même. Pour les nations, nous prônons ce même simple principe. Dans cet esprit, la fin des guerres de territoires — gel définitif des frontières par des accords internationaux — et le démantelement mutuel et consenti des armes nucléaires et des armées nous paraissent à terme un objectif indispensable (tout en conservant une police intérieure dans chaque nation), et pas si utopique qu’il n’y paraît aujourd’hui, pariant sur un éveil des consciences inévitable qui se fera devant la destruction planétaire à laquelle nous conduisent peu à peu les agressions américano-sionistes. Contrairement à ce que beaucoup croient plus ou moins inconsciemment, sans vraiment avoir cherché à se le justifier, il ne nous semble pas être dans la nature humaine de se massacrer les uns les autres pour le pouvoir et la domination de quelques dirigeants fous et manipulateurs. Il n’y a vraiment strictement aucune raison de se massacrer les uns les autres, alors que la planète regorge encore de ressources à profusion pour tout le monde, et que l’organisation et la coopération générales seraient de toute évidence la manière la plus efficace pour vivre heureux et en paix sur ce monde. Il suffit donc de le vouloir, et de faire de cette volonté une réalité. C’est là tout l’intérêt et la justification de la politique ; réaliser la volonté la plus noble des Hommes.

Estimant qu’il existe chez les nationalistes d’aujourd’hui des hommes sérieux et responsables prônant un nationalisme qui se rapproche du nôtre, en tout cas capables de le faire évoluer vers notre idéal, nous essaierons de convaincre de la stratégie de vérité sur la « shoah », pour acquérir la conscience des masses, et ainsi accéder au pouvoir de manière responsable, saine et efficace. Au contraire, nous dénoncerons — avec la mesure et la justesse qu’il se doit — les stratégies de compromission, de soumission, entreprises au nom d’un réalisme, qui n’a jamais porté et ne portera selon nous jamais ses fruits. Nous reprendrons ainsi une bonne part des arguments de Vincent Reynouard, qu’il avait développés notamment dans sa lettre à Jean-Marie Le Pen.

– A cet égard, et en cette période de congrès du Front National, nous soutiendrons par conséquent la candidature de Bruno Gollnisch, le seul qui a le courage de défendre la liberté d’expression des révisionnistes. Non seulement sa ligne nous paraît la plus juste — difficile de faire mieux compte tenu du contexte politique et législatif —, mais son courage, la justesse et la précision de ses idées, sa personnalité attachante, sa droiture, son intégrité, son sang-froid et sa retenue exemplaires devant la mesquinerie et la bassesse, et sa gentillesse, forcent notre admiration. Nous n’oublions cependant pas que le combat des idées est plus important que le combat des partis, qui pour nous est une conséquence du premier.

– Dans l’esprit de fraternité qui nous guide entre les êtres humains de la planète, nous prônons la réconciliation entre les Français de souche et les Français d’origine immigrée, reprenant ainsi la thématique du mouvement Egalité et Réconciliation. Et, comme ce dernier, considérant que l’immigration de masse débridée qui a été pratiquée depuis des dizaines d’années est un moteur de conflit destructeur entre les identités, et donc également un obstacle à la réconciliation, nous souhaitons son arrêt immédiat, pour un retour à une immigration saine et modérée. Nous comprenons cependant parfaitement les rancoeurs des hommes quant à la colonisation passée, et nous dénonçons clairement les méfaits de la colonisation en générale, qu’elle soit française ou autre. La colonisation est une conquête forcément violente et guerrière — soumission des colonisés par la force —, et si certains pays ont peut-être réussi à limiter cette violence, elle reste en outre un crime contre la civilisation colonisée, civilisation souvent acquise après des siècles d’existence. Puisque nous considérons l’identité des civilisations si importante, il nous semble logique et honnête de reconnaître cette réalité. Et si nous trouvons absurde le principe de repentance, pour des faits que nous n’avons pas commis, il nous semble tout simplement juste, et de notre devoir, d’accepter notre héritage dans sa totalité, et ainsi de faire preuve de responsabilité et de dignité en reconnaissant l’erreur de la France dans la colonisation. Mais nous voyons dans cette erreur le sceau de la bêtise humaine tout simplement, et non celui de la bêtise supposée d’une race ou d’un peuple. Il y a fort à parier que dans l’histoire du monde, chacun fut tour à tour l’agressé et l’agresseur. Et si vraiment tel n’est pas le cas, nous pensons que seul Dieu peut en être juge, certainement pas des Hommes. Dans cette optique, nous refusons toute culpabilisation, mais il nous semble juste d’aider les pays africains à se débarrasser du joug des puissances politico-économiques occidentales, afin que les peuples africains reprennent en main leur destin. Mais nous savons que ce combat se joue aussi chez nous, et dans tous les pays du monde.

Nous nous sentons proches également du mouvement de Kémi Seba, considérant que chacun doit avoir la liberté de vivre selon son identité profonde, dans le pays qu’il choisit : que ceux qui se sentent Français restent en France, que ceux qui se sentent étrangers à la France vivent dans leur pays d’origine.

A bientôt, pour construire un monde honnête, libéré du mensonge de la shoah !

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour La shoah : un ignoble mensonge !

  1. Anti-nég dit :

    Sur l’absence de bleu de prusse sur les murs : http://www.phdn.org/negation/markiewicz.html

    • Rédacteur dit :

      Rudolf a déjà répondu à cette étude : http://www.ihr.org/jhr/v20/v20n2p-3_Rudolf.html

      Il faut lire également son dernier rapport en date (2003) :
      http://www.vho.org/GB/Books/trr/

      Il n’est pas correct de citer comme vérité un texte auquel les révisionnistes ont déjà répondu depuis longtemps, sans citer les réponses de ces derniers. Ou alors vous expliquez pourquoi leurs réponses ne sont pas valables. A moins que vous n’en ayez pas connaissance. Auquel cas il faut vous mettre à jour.

      D’avance, je ne souhaite pas faire une bataille de liens. Donc j’interromprais la discussion si c’était le cas.

      Admettez tout de même que les photos montrées sur l’illustration sont assez parlantes. Certes ce n’est dans l’absolu pas une preuve définitive. Mais si vraiment il y a une explication à ce qui apparaît comme flagrant, celle-ci a vraiment intérêt à être sérieuse et incontestable. Ce qui n’est pas le cas me semble-t-il. Je vous rappelle qu’aucune pièce désignée comme étant une chambre à gaz homicide dans l’histoire officielle, dans aucun des camps, ne présente cet aspect bleuté.

  2. RevKillah dit :

    « qu’aucune pièce désignée comme étant une chambre à gaz homicide dans l’histoire officielle, dans aucun des camps, ne présente cet aspect bleuté. »

    Vous savez lire ou ne pouvez poser vos yeux que sur les zecrits de Faufau?

    On vous a dit et re-dit que les concentrations et temps d’exposition en zyklon etaient plus forts pour tuer les poux que les hommes!

    Cappice?

    Cretino va!

    • Rédacteur dit :

      Vous avez une étude sérieuse là-dessus ? Les poux plus résistants que les hommes au zyklon, c’est pas intuitif comme idée. En tout cas pas pour moi.

      Je vous signale en outre que vos magiques chambres à gaz sont censées avoir fonctionné à plein régime entre 42 et 45, toute la journée au moins. Dans cette considération, peu importe le temps d’exposition.

      Il me serait agréable que vous cessiez vos tentatives de domination et d’intimidation, et que vous changiez votre pseudo agressif signifiant « tueur de révisionniste ».

      • Rédacteur dit :

        Nous publions un commentaire de Pierre Guillaume, qu’il aurait posté le 24 décembre, mais dont nous n’avons aucune trace dans le panneau d’administration. Nous l’avons trouvé « par hasard », en consultant les liens référents qui mènent à ce site.

        «

        La question soulevée par «rédacteur» me semble intéressante. En tout cas elle m’intrigue.

        La «thèse» selon laquelle il faudrait beaucoup moins de HCN pour tuer des hommes que pour tuer des poux a été lancée par Georges Wellers, et reprise illico par Jean-Claude Pressac. En ce qui concerne ce dernier, avec qui je m’étais imposé de poursuivre des discussions approfondies sur ce sujet et sur d’autres, cette conviction m’a toujours semblé reposer plus sur le «désir de croire» que sur une connaissance résultant d’une véritable étude scientifique. Pressac a toujours voulu croire aux chambres à gaz. Même quand il s’est approché très près des thèses négatrices du Professeur Faurisson, il n’a jamais voulu ni osé franchir le pas. Mon opinion est qu’il en était caractériellement incapable (mais c’est là une autre histoire que je remets à plus tard). Ce qui est certain c’est qu’il n’a jamais été un négateur («négationniste») qui se serait finalement convaincu de son erreur, contrairement à ce que soutiennent les apôtres de la «Mémoire» et de la censure, parce que c’est rassurant pour eux de le croire.

        Mais, contrairement à ce que prétend le Professeur Faurisson, il n’a pas non plus «capitulé» devant les arguments révisionniste. Pressac était un paradoxe. Il croyait «dur comme fer» en l’existence de la chambre à gaz hitlérienne. Son existence était incluse dans le concept.

        Mais lors de son premier voyage personnel à Auschwitz, puis, ensuite, lors de sa confrontation progressive avec la documentation du Professeur, il a «révisé» à peu près tout ce en quoi il croyait. Mais il a toujours voulu croire en «la chambre à gaz». Enfin disons plutôt, au moinsen la chambrette à gazouillages. Il a d’ailleurs été le créateur (je crois – sous réserve donc) du mot «gazouillage».

        Il était donc un croyant qui révisait tout! Et qui s’esclaffait en particulier devant les élucubrations de certains témoins canoniques… confrontées aux constatations matérielles. En ce sens il était «révisionniste», mais surtout pas «négationniste» (il était plutôt sioniste que néga-sioniste, en ce sens qu’antisémite stricto sensu (à la Houston Chamberlain) il préférait que les Juifs aillent dominer les Arabes au Moyen-Orient.

        Cette question de l’absence de traces bleues caractéristiques dans les pièces censées avoir été des chambres d’exécution au HCN l’avait beaucoup impressionné lui-même, et il s’était rallié à la solution proposée par Wellers avec soulagement. Donc il la répétait péremptoirement. Mais il ne m’a jamais indiqué la moindre source sérieuse de la moindre vérification expérimentale. C’est tout ce que je peux dire.

        Évidemment si cette thèse se révélait fausse ce serait un argument de plus en faveur de l’argumentation faurissonienne. Mais si au contraire elle s’avérait, cela n’aurait, à mon sens, pas grande importance. Pour ma part je n’ai jamais attaché une vertu décisive à cet argument «technique», et je n’exclus pas que sur ce point ce soient finalement Wellers et Pressac qui aient eu raison.

        Tous les cerveaux ne sont pas sensibles aux mêmes arguments. Et les arguments techniques, à eux seuls, ne sont pas susceptibles de venir à bout du désir de croire, dans quelques domaines que ce soit.

        Je trouve beaucoup plus convaincant pour ma part le fait que, pour provoquer rapidement la mort grâce à la diffusion d’une faible quantité de HCN dans un local fermé hermétique, le Zyklon B aurait été la forme la plus inappropriée concevable.

        Limitons-nous au cas de la Leichenkeller 1 du Krématorium 2, universellement présentée par la «Mémoire» comme ayant été la chambre à gaz judéocide la plus productive d’Auschwitz-Birkenau. Elle faisait 210 m2 et elle était très basse de plafond (chercher et vous trouverez). D’après des témoins canoniques ON la remplissait de 2000 à 3000 personnes (selon les témoins).

        Problème: Dès qu’une certaine quantité de personnes auraient été introduites dans la pièce, la quantité de vapeur d’eau et de gaz carbonique aurait augmenté et la quantité d’oxygène diminué dans des proportions très sensibles.

        La diminution du taux d’oxygène, et la montée du taux de CO2 dans le mélange inspiré provoque très rapidement des effets physiologiques (sans même parler des effets psychologiques et collectifs qui me font penser que le simple remplissage de la pièce est impossible sans la Kollaboration de Sonderkommando dotés de pouvoirs quasi miraculeux) comme une sensation d’oppression et une accélération considérable du rythme cardiaque et du rythme respiratoire, au point que quand ON fermerait la porte sur la deux ou trois millième personnes (selon les sources), il n’y aurait déjà plus d’oxygène dans la pièce et que des pertes de connaissances se produiraient et se généraliserait, avec coma subséquent, sans qu’il soit besoin d’attendre bien longtemps.

        Si donc les horribles Socialistes Nationaux prenaient à cet instant la peine d’introduire du Zyklon B par dessus le marché, pour accélérer une agonie déjà bien engagée, ce ne pourrait être que dans le souci d’abréger les souffrances des victimes, ce qui ne serait pas conforme au concept du Nazi.

        Certes, sans HCN, la mort clinique au sens moderne, par mort cérébrale, ne surviendrait qu’au bout d’un certain temps, mais le coma anoxique suffit à mettre les quinze premières victimes en état d’être «traitée» sans encombre par les quinze moufles des cinq crématoires Topf und Sohn situés au rez-de-chaussée. À moins là encore d’imaginer que les Socialistes nationaux auraient répugné à introduire dans le moufle d’un crématoire un corps déjà inerte sans avoir vérifié sa mort clinique au sens médical moderne. Mais là encore il faudrait supposer des Nazis non conformes au concept.

        Au surplus, cet éventuel scrupule bioéthique assez typiquement catholique ne se poserait que pour les quinze premiers corps. Car pour les quinze suivants, même si un Sonderkommando négligeant à omis de fermer la porte de la chambre entre deux fournées, leur état de mort clinique ne fait plus aucun doute.

        Dans ce cas, les chambres à gaz auraient été des chambres à air. D’ailleurs l’air est un gaz. Mais cela expliquerait pourquoi on ne trouve pas ces fameuses traces bleues.

        Bon, ça suffit pour aujourd’huit. Je vais fêter en famille la naissance du fils de l’homme.

        Pierre Guillaume.

        9696@laposte.fr

        http://vieille-taupe.50webs.com/

        Le commentaire ci-dessus a été proposé le vendredi 24 décembre sur le site «Liberté – Vérité» (https://liberteverite.wordpress.com/2010/11/28/la-shoah-un-ignoble-mensonge/ ) mais aujourd’huit (sic) 25 décembre, il ne figure toujours pas sur ce site (4ième commentaire en réponse à rédacteur). De multiples bonnes raisons peuvent expliquer ce retard, surtout en cette période de fête, mais il importait, dans la stratégie de la Vieille Taupe, en cette période décisive de Renaissance, en la veille de la Saint Étienne, que ce commentaire soit enregistré à date certaine, alors que je n’ai pas la possibilité, d’où je suis d’alimenter le site vieille taupe ci-dessus, et que Joël Bouard a disparu (pour moi) depuis le 20 décembre 2010.

        »

    • un passant dit :

      risible : un pesticide incapable de faire le travail qui lui est attribue sur un insecte cible… C’est la toute la logique juive ? Meme logique sur les chambres, meme logique sur la shoah.
      La politique juive sur l’ensemble des nations souveraines (chose qu’il est incapable que la communaute youpine obtienne : la souverainete) c’est la contrainte : contrainte de croire a ce petit conte de fee shoah, contrainte au palestiniens de crever sous les balles youpines, …
      Je ne vais pas faire un listing des contraintes que les youpins imposent aux nations souveraines, ce serait trop long. Et que fait revkillah? Une contrainte.

  3. Henri Roques dit :

    Personellement je n’ai jamais cru aux 6 millions de victimes juives et aux chambres à gaz;j’avais 24 ans en 1945.Je lisais les journaux de la « libération »et j’étais scandalisé par tous les mensonges impudemment étalés(sur la vie sous l’occupation,le gouvernement du Maréchal,les caricatures des « collaborateurs » etc.).J’ai immédiatement classé dans la catégorie des bobards de guerre les mensonges sur les « atrocités » nazies .Je me suis rappelé les bobards de la 1ere guerre mondiale(garçons belges auxquels on avait coupé la main droite pour les empècher de porter plus tard un fusil,puits et fontaines empoisonnés,etc)En 1925,les Anglais ont présenté des excuses aux délégués allemands qui ont posé cette condition pour entrer à la SDN.En 1945,il n’y avait pas de gouvernement allemand;le 3eme Reich avait capitulé sans condition:la porte était ouverte à tous les bobards.Par la suite,j’ai lu Bardèche,puis Paul Rassinier et mes convictions ont été renforcées !!

  4. Bardamu dit :

    Tout d’abord un salut amical pour la ou les personnes à l’initiative de la création de ce site, ceci sans préjuger de l’intention réelle et du devenir 😉 , ensuite juste un commentaire sur la configuration de votre site.
    Ouvrir vos articles aux commentaires risque fort de vous engager dans des débats sans fin et totalement vains et épuisants en terme d’énergie. Ne pas oublier que par le biais de la hasbara, certains sont salariés pour effectuer ce travail de sape.
    Cordialement…

    • Rédacteur dit :

      Nous retenons le conseil, nous verrons bien à l’usage…

      Les commentaires peuvent aussi être utiles, comme cette personne qui a posté un lien vers le DVD 1 de Reynouard.

      Amicalement.

  5. Bardamu dit :

    Désolé, j’oubliais le lien que je voulais promouvoir :
    http://abrogeonslaloigayssot.blogspot.com/

  6. Bardamu dit :

    A l’intention de ceux qui souhaitent consulter, par curiosité intellectuelle, le rapport de Germar Rudolf disponible à cette adresse http://www.vho.org/GB/Books/trr/ il convient d’utiliser un site intermédiaire pour masquer votre IP car l’accès à ce site est censuré en France.
    Vous rendre sur http://www.hidemyass.com/ et rentrer l’adresse dans la case sensible après avoir effacé l’adresse de Google.com, cliquer ensuite sur le logo « Hide my ass ! » sur la droite et voila, bon téléchargement et bonne lecture… D’autres sites permettent d’outrepasser la censure, notamment le plus connu mais de temps en temps surchargé http://anonymouse.org/anonwww.html

    Se rappeler à toutes fins utiles que Germar Rudolf a été condamné à deux ans et demi de prison pour ses activités révisionnistes et que la diffusion de ses écrits est un délit en France. Les personnes qui découvrent cet aspect dictatural de l’Histoire auront tout intérêt à consulter les textes de lois s’y rapportant (voir en autre ce lien : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006076185&dateTexte=20101221). Une recherche dans Google avec « loi Gayssot » vous en apprendra beaucoup plus.

  7. syfabacle dit :

    Bonjour Rédacteur, bonjour tout le monde,

    Volà ce que m’inspire les « chambres à gaz homicide » dans un sens exégétique et théologique. J’espère que cela pourra, sans prétention, compléter vos réflexions sur les dommages que ce mythe occasionne dans tous les aspects de la société civile.

    Dans le paradis terrestre, nos premiers parents pouvaient manger à satiété de tous les fruits du jardin. Mais la manducation du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal leur était défendue sous peine de conséquences incalculables.

    On peut donc raisonnablement considérer que par une inversion de la théologie traditionnelle le nouveau paradis terrestre est la démocratie qui tant à se mondialiser depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Dans ce paradis là les hommes qui sont déjà des dieux par la promulgation du magistère de la subjectivité (ils aliènent cependant leur déïté en consommant le nouveau fruit défendu), peuvent « manger de tous le fruits du jardin démocratique », c’est-à-dire jouir de tous les plaisirs et libertés multiformes que propose ce système. L’on peut penser à bon droit que le nouvel arbre de la connaissance du bien et du mal soit nécessairement la chambre à gaz homicide. Toute interrogation, toute remise en cause à son égard est considérée d’emblée comme impie, attentatoire, sacrilège, car l’effet le plus immédiat d’un doute de la chambre sacrale est l’exclusion définitive du paradis démocratique et dont le corollaire est la réactivation de la dialectique fasciste et antisémite, ouvrant du même coup les portes du nouvel enfer sécularisé d’Auschwitz qui en est l’aboutissement mortifère. On goûte au nouveau fruit défendu, ici on s’interroge sur la chambre à gaz, et l’on meurt.

    Il est également intéressant de noter que par mimétisme, les « négationnistes » prennent tout naturellement le rôle du nouveau tentateur. Ce sont eux qui désormais vont amener les hommes à se questionner, avec leur rhétorique rationaliste et scientifique, sur la véracité des commandements du « dieu démocratique » quant au bien fondé de la critique historique à l’endroit des « crimes » du fascisme, de la légitimité de la démocratie universelle, des bienfaits de la mondialisation… C’est le viol de la parole sacrée  » Il ne faut pas se demander comment techniquement un tel meurtre de masse a été possible, il a été techniquement possible parce qu’il a eu lieu  » qui est la nouvelle catastrophe adamique, le nouveau péché originel, capable de précipiter l’humanité toute entière dans seconde mort décrite dans l’Evangile. On comprend bien, dans ce cas, que le moindre questionnement sur l’existence de la chambre nuptiale soit proscrit et hautement blasphématoire parce qu’il remet assurément en cause toute la théologie sur laquelle se fonde le monde moderne.

    Il est toujours intéressant de noter que contrairement au jardin de l’Eden, selon un point de vue chrétien, les « fruits du paradis démocratique » soient néfastes autant à voir qu’à consommer. La raison en est qu’ils ruinent la dignité humaine telle que voulue par Dieu. Et c’est paradoxalement le fait de manger le nouveau fruit de la connaissance (ici reconnaître la perversité du système qui dirige le monde depuis 1945 par la découverte du caractère mensonger de la « chambre à gaz homicide hitlérienne ») qui puisse réellement ouvrir les yeux des hommes, ce qui prend à contrepied la phrase empoisonnée du démon « Vos yeux s’ouvriront et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal « .

    Le diable est un logicien. Il reprend tous les dogmes du christianisme. Mais pour les vider de leur substance.

    Notons, avant de conclure, combien les hommes répugnent – à l’inverse de la faute originelle de nos premiers parents à laquelle ceux-ci se sont si facilement laissés aller -, à consommer le « fruit moderne de la tentation ». Etrange réticence contemporaine… Peut être que les hommes ont obscurément conscience que le bien-fondé des conclusions révisionnistes à l’endroit de la chambre à gaz allait à l’encontre des appétits hédonistes que procure la démocratie et au travers de laquelle ils jouissent sans vergogne. Telle, semble être, à mon sens, les véritables raisons en plus de la peur, de l’inertie universelle face la décadence moderne. Préférer l’aliénation de la facilité à la liberté contraignante.

    Comme l’on dit : les hommes sont de feu pour le mensonge, de glace pour la vérité.

    Qui peut encore contester que, par un tel renversement des valeurs bibliques et catholiques, l’ « Holocauste » ne soit pas le Grand mensonge du XXème siècle – en fait il ne semble pas pensable qu’il y en ait de plus grand – et dont le siècle suivant n’a pas encore compris que pour son salut historico-théologico-politique il était impératif de se débarrasser ?

  8. syfabacle dit :

    Je vous en prie ! J’espère que ce modeste travail vous aura plu ! Je vous en enverrai d’autres que j’avais fait parvenir à PHDN à titre d’objections, mais ceux-ci, « très honnêtes » ne m’ont j’aimais répondu…

    Longue vie à votre site !

    Bien à vous

  9. syfabacle dit :

    Bonjour à tous,

    Voilà une objection envoyée sur PHDN à laquelle Gilles Karmasyn n’a jamais répondu :

    Sur la question du Krema I, le site PHDN nous dit :

     » Après la guerre, les Soviétiques et les Polonais ont procédé à des modifications dans l’intention de reproduire l’agencement original du bâtiment […]  » (c’est-à-dire le Krema I).

     » Dans le cadre du rétablissement de la chambre à gaz dans son état original, on relève donc quatre erreurs. […].  »

     » Les négationnistes ont utilisé cette histoire afin de prétendre que la chambre à gaz d’Auschwitz I présentée au public n’était pas « authentique ». C’est évidemment un argument frauduleux […].  »

     » A cette fin, ils ont notamment falsifié et détourné les propos du directeur du Musée d’Auschwitz ainsi qu’un article de Eric Conan paru dans L’Express du 19 janvier 1995 qui dénonçait les manipulations soviético-polonaises (c’est nous qui soulignons), mais évidemment ne remettait absolument pas en cause la réalité de la chambre à gaz du Krema I […].  »

     » L’ironie est que Eric Conan dénonçait la façon dont les négationnistes avaient utilisé les manipulations soviético-polonaises (c’est nous qui soulignons). Voici ce qu’il écrivait : « En 1948, lors de la création du musée, le crématoire-I fut reconstitué dans un état d’origine supposé. Tout y est faux : les dimensions de la chambre à gaz, l’emplacement des portes, les ouvertures pour le versement du Zyklon B, les fours, rebâtis selon les souvenirs de quelques survivants, la hauteur de la cheminée. A la fin des années 70, Robert Faurisson exploita d’autant mieux ces falsifications que les responsables du musée rechignaient alors à les reconnaître. » (c’est nous qui soulignons).

    En écrivant ces lignes, et croyant dénoncer la perfidie « négationniste », les exterminationnistes de PHDN ne voient pas qu’ils se ridiculisent en se contredisant gravement. Car si nous analysons minutieusement leur logique : »manipulations soviético-polonaises » – « falsifications que les responsables du musée rechignaient alors à reconnaître », on ne voit pas pourquoi nous devrions les suivre lorsqu’ils nous affirment péremptoirement qu’  » une étude a été réalisée et menés à bien ! (par les mêmes autorités soviético-polonaises) en 1945 à Cracovie, mettant en présence la « réalité de résidus cyanurés sur les grilles de ventilation du Krema II ». Si les autorités soviético-polonaises d’époque n’hésitaient pas à falsifier l’agencement du Krema I comme semble le reconnaître PHDN, on ne voit pas pourquoi les mêmes PHDN devraient leur accorder une confiance aveugle lorsque ces mêmes autorités opèrent une soi-disant expertise qui mettrait – comme par hasard – en évidence des éléments susceptibles de prouver la culpabilité des nazis sur le plan de gazages humains dans une pièce ou, finalement, au vu de ce qui précède, rien ne permet d’être aussi hâtivement affirmatif… Où est la cohérence dans cette manière d’agir ? Et surtout, n’y a-t-il pas là, de la part de PHDN, évidence d’argumentation frauduleuse ?

    Nous ne pouvons que constater que dès que cela sert leur cause délétère, les exterminationnistes n’hésitent pas à dénoncer les authentiques mensonges soviétiques à l’encontre du soi-disant « Holocauste » (exemple : l’accusation à tort du meurtre de Katyn sur le compte des Allemands ; le chiffre éminemment erroné des « quatre millions de morts à Auschwitz » et enfin les manipulations soviético-polonaises opérées sur le Krema I) pour ensuite accuser les révisionnistes d’exploiter de tels mensonges afin de discréditer l ‘ « évidence du génocide juif » , alors que d’un autre côté, dès que cela les arrangent aussi, ils prêtent sans le moindre esprit critique toute crédibilité à une « expertise » effectuée par ceux-là même qu’ils définissent comme étant des falsificateurs dans d’autres circonstances, dans le but perfide de dénaturer la probité des travaux révisionnistes.

    Une fois encore, la sophistique ne se trouve que dans un seul camp : celui de la thèse officielle des « chambres à gaz homicides hitlériennes » et nulle part ailleurs… Ne vous laissez plus tromper

    Amicalement

    • Rédacteur dit :

      Oui je comprends ce que vous voulez dire. Cela fait partie des multiples contradictions de la thèse exterminationniste, qui n’a ni queue ni tête.

      Sinon sur le fond des propos de Karmazyn, je dirais :

      – Faurisson n’a jamais prétendu, nulle part, que Conan prétendait que ce qu’on désigne comme chambre à gaz du Krema I n’avait pas servi comme chambre à gaz homicide. C’est ce que croit avoir lu Karmazyn. Lorsqu’on prête à autrui des propos qu’il n’a pas tenus, facile ensuite de dire que celui-ci est un menteur. Ce que Faurisson dit, c’est que Conan, historien officiel, affirme enfin, plus de 15 ans après lui, que la reconstitution de la CAG du kréma I est complètement fausse. Bref, il s’agit pour le révisionnisme d’une victoire sur l’exterminationnisme.

      – En présentant cet aveu tardif de Conan, Faurisson veut ainsi montrer à mon avis, sans le dire explicitement car c’est évident, la faiblesse de l’histoire officielle, incapable de reconstituer immédiatement après les faits, et même 50 après, l’arme du crime le plus monstrueux de l’histoire, dont la contestation vous entraîne droit en prison. Et l’histoire officielle est si faible que les autorités d’Auschwitz reconnaissent faire visiter une chambre à gaz bidon à des millions de touristes, sans leur expliquer la supercherie, en ajoutant même que c’est « trop compliqué » (voir l’article de l’express de Conan).

      Ensuite Karmazyn cite Conan, qui dit que la CAG a été « rebâtie selon les souvenirs de quelques survivants ». Ce qui démontre en particulier la faiblesse des témoignages. Et ainsi donc, la faiblesse de l’exposé de Karmazyn, qui tend la perche à la critique… On nous dira bien sûr qu’ils n’ont pas interrogé assez de témoins à l’époque, qu’ils n’ont pas pris les bons… Pas de chance… Pourtant à l’époque les souvenirs des témoins étaients frais, et tous ces témoins ont donc semble-t-il décris la chambre à gaz comme elle a été reconstituée, ou au minimum de manière pas très éloignée.

      On imagine les guides à Auschwitz expliquer aux touristes le fonctionnement de la CAG, alors que les éléments physiques de la pièce ne s’y prêtent pas. Ce doit être comique… A moins qu’on n’explique rien ou pas grand chose aux touristes, et que la visite soit surtout d’ordre religieux… Ce qui me semble le plus probable, et à l’image de la pénurie d’explications techniques dans la littérature exterminationniste. Contrairement aux thèses révisionnistes. Il faut répéter à ce sujet que les révisionnistes ont été les premiers à porter le débat sur l’aspect technique. Cela démontre pour moi leur sincérité et la force de leurs convictions.

      Ensuite Karmazyn dit « L’ironie est que Eric Conan dénonçait la façon dont les négationnistes avaient utilisé les manipulations soviético-polonaises (c’est nous qui soulignons). » Mais il n’explique pas comment les révisionnistes ont exploité cette faiblesse évidente de manière fausse ou mal intentionnée. Bref, il affirme sans justifier quoi que ce soit, à l’image de la thèse exterminationniste en général. Un exemple parlant : Hilberg affirmait dans les années 60 qu’il existait deux ordres d’Hitler, sans aucune preuve. Dans les années 80, il s’est résolu à dire qu’il n’y avait pas eu d’ordre et que le génocide s’était déroulé grâce à une « incroyable rencontre des esprits » dans la bureaucratie allemande. Proprement hallucinant… Le pire, c’est si vous ne croyez pas à cette recontre des esprits : en prison ! On vit vraiment une époque d’obscurantisme avancé, et les gens ne s’en rendent pas compte.

      Mais j’écrivais justement un article sur le sujet. J’y donnerai quelques liens qui manquent ici dans mon commentaire.

  10. syfabacle dit :

    Merci pour votre réponse édifiante ! A l’époque où j’avais envoyé mes nombreuses objections à Karmasyn (durant toute la période 2005/2006) puisées aux diverses sections de PHDN, je lui avait aussi fait parvenir mon n° de tel fixe et portable afin qu’il veuille bien engager le débat. Je trouvais que cela serait très intéressant. Mais ce fut autant le silence par ce moyen de communication direct que par le biais de son site, ce qui prouve l’état d’esprit très « positif et ouvert » du personnage…

    A l’inverse, et cela est très instructif, les révisionnistes m’ont toujours rapidement et très courtoisement répondu. J’ai eu affaire au teléphone à Pierre Guillaume, à Jean-Plantin, j’ai rencontré une fois Robert Faurisson et Vincent Reynouard, puis je les aient eu aussi par la suite au téléphone. Nos échanges ont constamment été cordiaux et enrichissants. Ils ne se sont pas non dérobés à mes questions précises. Les exterminationnistes sont décidément bien hautains et méprisants pour des gens qui sont censés dénoncer « la vilénie négationnistes ». L’attitude honorable des révisionnistes contraste franchement et constitue un sérieux démenti au fait que les « négationnistes » seraient des malhonnêtes, des menteurs, des pervers, etc. Les accusations se retournent naturellement contre ceux qui les profèrent…

    Bien à vous !

    • Rédacteur dit :

      Quelle chance vous avez eu de rencontrer ces grandes âmes !

      Le problème avec beaucoup d’exterminationnistes, est que dés le départ, avant que vous ayiez donné un seul argument, sont convaincus que vous avez la « haine ». Dés lors le dialogue est impossible. Et moi j’affirme que ce comportement là, ce soupçon « à priori », ce préjugé qu’on se forge, est la cause première de tous les conflits dans le monde depuis toujours. Des plus petits conflits, au plus grandes guerres, entraînées par les premiers. Combien de gens partent en guerre, persuadés d’avance que les gens en face d’eux sont des salauds, et qu’eux défendent le bien ? Le problème c’est qu’en face, ils pensent la même chose… On assiste donc à une boucherie ridicules entre deux bandes de, disons, personnes « pas très spirituelles », pour ne pas employer de termes négatifs.

      Tout ça pour dire, que dans une société humaine, le principe de libre dialogue devrait être sacré, et sous aucun prétexte, ne jamais y faire d’exception, même pour ce qu’on estime être le pire crime. Et c’est au respect scrupuleux de ces principes, qu’on reconnaît les grandes âmes.

      L’auteur du site PHDN, et beaucoup d’autres, se croient supérieurs, croient avoir un « plus gros coeur » que les autres, alors qu’en réalité, ils sont très en retard de ce point de vue là, par rapport aux autres, lorsque l’on constate par exemple qu’ils soutiennent les condamnations pénales contres les révisionnistes. Et que la plupart se taisent lorsque les révisionnistes sont agressés physiquement. Personnellement je condamne toute agression contre tout exterminationniste, et je ne souhaite pas les jeter en prison. Cela ne me rendrait pas heureux, je n’y trouverait aucune satisfaction intérieure. Je souhaite juste qu’ils s’élèvent à ce que je crois être la vérité, et je leur souhaite d’y arriver, car je crois qu’ils ont le même potentiel que moi. Et si je me trompe, et bien je me trompe. Je me fais discret et je la boucle.

      Je dérive, je dérive… Je sais que mes propos sont parfois pas très bien acceptés dans le milieu nationaliste, qui les trouve trop « mous », trop « gentils ». Je crois moi que beaucoup de nationalistes ont acceptés inconsciemment ce rôle de méchant qu’on leur a collé. Alors ils se sentent obligés de jouer les durs. Quand on voit comment ils ont peur en tant de paix de combattre ce mensonge aussi ignoble (exception faite de Vincent Reynouard, qui se conduit par ailleurs en gentleman remarquable) qui leur condamne toute accession au pouvoir, je ne les vois pas en première ligne lors d’un conflit, qu’ils attendent et cherchent à provoquer (sur internet seulement…). Je crois surtout qu’ils souhaitent que les autres aillent se battre à leur place… C’est aussi pour ça que je ne crois pas aux Identitaires, ou autres durs, pour changer les choses, car ils sont en réalité immatures et soumis. Ils se sont soumis au mensonge de la shoah, et au « lobby ». La solution ne viendra pas d’eux. D’ailleurs le seul qui montre l’exemple, c’est un père de famille exemplaire, non raciste (dans le sens où il respecte les autres races), avec des idées fortes et radicales certes, mais toujours exprimées de manière impeccable, avec la volonté sincère de constuire une société plus humaine. Après on est d’accord ou pas sur le fond, c’est autre chose.

      Tout ça pour dire aussi, que je suis convaincu que le nationalisme équilibré est le système le plus humaniste. Alors je pense que les nationalistes doivent se comporter en humanistes, et ne pas croire qu’il faille laisser ça à nos adversaires. Surtout pas.

      Bien à vous camarade.

  11. syfabacle dit :

    Oui, ça reste de grands moments ! Sans doute les plus enrichissants de ma vie ! Je pense, sans trop m’avancer, que le révisionnisme restera la plus belle aventure intellectuelle de tout les temps car elle est à la hauteur de ce que nous devons combattre : la Shoah et son corollaire obligé : la chambre à gaz homicide et qui constitue le plus grand mensonge de l’histoire humaine.

    Je suis bien d’accord avec vous concernant la façon dont sont traités, à l’aide d’épithètes outrancières et souvent ordurières, les révisionnistes. Comme le dit Pierre Guillaume, les bien-pensants peuvent les qualifier, sans risque d’être contredits, de « petite bande abjecte » car dès l’abord ce sont les réflexes pavloviens qui priment lorsque l’on pense à eux et à ce qu’ils diffusent. Le Système conditionne les masses dans l’immense a-priori comme quoi ce sont des « immondes salauds qui ne croient absolument pas à ce qu’ils racontent et dont le but inavoué serait de terminer, une fois pour toute, ‘le travail des nazis’ « . Bref, les révisionnistes nieraient les chambres dans l’espoir de les revoir un jour re-fonctionner… Ridicule. Quand on est d’accord avec un génocide on l’affirme ! Pas de temps à perdre avec des circonlocutions dialectiques !

    Karmasyn entretien constamment ce préjugé dans son site en disant que la volonté réelle des « négationnistes » serait de refaire du National-Socialisme une alternative politique acceptable par la contestation mensongère d’un crime inoui pourtant commis. L’ennui avec ce « brillant raisonnement », c’est que si les chambres à gaz homicides n’ont pas existé, on ne voit pas pourquoi il serait inopportun de réhabiliter le National-socialisme… au moins sur ce plan là, ce qui est déjà une énorme révision salutaire ! Je me demande d’ailleurs si Karmasyn croit réellement ce qu’il raconte quand il entretien ce genre d’ineptie sur « les pires intentions des ‘négationnistes’ « . Car si les raisons affichées de neutralisations du révisionnisme sont mensongères, c’est qu’en réalité il y en a d’autres beaucoup moins avouables, c’est-à-dire : empêcher le bon peuple de se choisir une autre alternative politique que la démocratie par les calomnies les plus graves à l’encontre de ceux qui dénoncent ce mythe qui protège justement la démocratie… La chambre à gaz.

    C’est pour cela que je pense qu’il est vain d’espérer un dialogue franc et loyal avec Karmasyn et consort, car là où les révisionnistes recherchent honnêtement la vérité afin d’assainir la vie sociale et politique dont a droit toute société, les exterminationnistes obiéssent eux à un impératif politique : protéger la démocratie (c’est, de leur propre aveu, une des clauses de leur site) qui est par essence corruptrice et antirévisionniste parce que de mauvaise foi. Et lorsque l’on obéit à un impératif politique dévoyé (car la vraie politique est celle du bien commun étranger à la démocratie qui ne recherche que le bien privé, égoïste. Ce qui implique qu’on ne puisse faire surgir la vérité en la faisant s’exprimer dans le contexte de l’erreur) on obéit donc à une mécanique qui n’a plus rien à voir avec la justice. D’où le refus obstiné du dialogue, les insultes, les diffamations et les approbations sans la moindre commissération lorsque des révisionnistes comme Vincent Reynouard (père de 8 enfants) sont jetés en prison.

    Moi aussi, cependant, je suis contre toute agression ou embastillement des exterminationnistes car j’estime que nous, révisionnistes, même si nous n’avons pas le monopole du coeur car comme tout homme nous sommes imparfaits, nous ne sommes pas comme eux. Car défendre la vérité, c’est déjà aimer l’homme tel qu’il est et non pas tel que la démocratie voudrait qu’il soit. La démocratie n’aime pas l’homme. Elle en aime son image abstraite, désincarnée et vide de sens. Dans ce sens je suis un humaniste comme vous même si le côté spéculatif et froid de mes écrits peuvent faire penser parfois que je serais intransigeant. Moi non plus je ne serais pas heureux de jeter en prison nos adversaires, car ce n’est pas là mon objectif, ce n’est pas la priorité pour laquelle nous nous battons, ni la finalité de nos actes.

    Je vous suis aussi lorsque vous dites que les nationalistes ont intégré le rôle du méchant qu’on veut leur faire jouer. Et c’est déjà là que le Système gagne car il les amènent petit là où il veut qu’ils aillent. En réduisant le national-socialisme à une monstrueuse caricature de lui-même (même si ce dernier était loin d’être parfait), il amènent finalement les nationalistes imprudents et peu réfléchis à épouser cette caricature là en croyant qu’il s’agit de la vérité. Ce faisant, le Système les gruge, les prend dans ses rêts. Oui ils sont craintifs, soumis et surtout ils manquent de dicernement doctrinal en imaginant que l’intellectualisation serait réservée aux inactifs où au tenant du politiquement correct et qu’eux, actifs et volontaires devraient s’en dispenser, mais c’est une erreur funeste lourde aujourd’hui de conséquences…

    Vincent Reynouard montre tout à fait l’exemple du contraire, comme vous le soulignez : probité intellectuelle, calme, pondération, dépassement intelligent du nationalisme agité et stérile, etc. Toutes ses qualités humaines qui sont absentes chez un Gilles Karmasyn et autres « défenseurs » de l’Histoire officielle. Oui, un nationalisme à visage humain et qui arrache le masque d’humanité extorqué à ceux qui déversent un torrent d’insanités sur la rectitude des révisionnistes (ceux que j’ai rencontré m’ont toujours charmé par leur politesse et leur volonté pacifique) voilà la solution pour déjà montrer au profane ce qu’est réellement la recherche de la vérité révisionniste !

    Bien à vous aussi camarade !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s